de l’autre côté de la route

vingt sept mars deux mille vingt… chantier

Notre gouvernement nous l’a jouée responsable. On ne confine pas, on se contente d’enjoindre aux gens de rester chez eux et si non, de respecter cette fameuse distance de deux mètres

sociale

Les chantiers ne sont pas fermés. Les cantons qui l’ont ordonné se sont fait rappeler à l’ordre. C’était presque anticonstitutionnel.
Puis on leur a rendu leur souveraineté en la matière, aux cantons. Aujourd’hui, on ferme ses chantiers si on le souhaite, on ne risque plus la sanction.

 
une grue à la campagne

en lisière, par temps de bise

Et puis le confinement peut aussi amener à
d’autres expériences, comme en écho
à d’autres constats

 

 

%d blogueurs aiment cette page :