la cascade

 
branches d'hiver devant une chute d'eau

Parmi toutes les images étonnantes de ce printemps somptueux, il a bien fallu choisir.

 

La tranquillité d’une branche encore accrochée à l’hiver se dessinant devant le tumulte de la chute d’eau évoque le paradoxe de cette époque où toutes les fragilités humaines ont enfin laissé la terre exprimer sa vie et sa beauté.

Comme j’aimerais que ses fragilités n’empêchent plus jamais l’humanité de prendre les bonnes décisions !

Par ici l’avril de la Dame
Et par là d’autres impressions d’avril

 

 

%d blogueurs aiment cette page :