NO CULTURE

NO FUTURE

Ma première peinture de 2021 suit et découle de la dernière de 2020, ma mer nocturne.
Sentiment d’étouffement, angoisse de la noyade… Peur viscérale et glaçante de devoir quitter un atelier dont je ne pourrais plus payer le loyer…

Et 2021…  J’ai reçu une petite aide en ma qualité d’actrice culturelle. Et puis les élèves semblent avoir moins peur de venir dessiner avec moi. Ma situation financière s’en ressent et me permet de respirer jusqu’au loyer de mars.
2021…  Peut-être parce que je ne crains plus de devoir quitter l’atelier dans l’immédiat. Certainement parce que je supporte de plus en plus mal les mesures restrictives démesurées auxquelles on nous contraint. Parce que je refuse de continuer à suivre sans poser de questions des injonctions gouvernementales mortifères soutenues par un matraquage médiatique au service de la peur et de la soumission…


peinture de volcan

2021

pigments noirs à la tempera,
pastel, plâtre encollé, encaustique
106 x 116cm février 2021

2021…  Parce que depuis l’enfance je suis fascinée par les volcans. Parce qu’ayant exprimé en peinture mon sentiment à la fin de l’an passé, il m’a semblé normal d’exprimer en peinture mes sentiments au début de l’année qui suit…

Pour toutes ces raisons, et pour toutes les autres que je n’expose pas, je me suis permis une peinture « réaliste » mais surtout passablement kitsch. Cette peinture, si elle est présentée un jour en public, le sera en binôme avec celle de décembre passé.
Deux peintures figuratives, deux titres lapidaires. Une mer par gros temps et un volcan en activité – inspiré de l’Etna et peint comme par hasard justement alors que celui-ci se réveille …  Deux manières de dire dans mon langage mon refus et mon dégoût…

Deux peintures réalistes qui grondent et qui bouillonnent, deux peintures d’angoisse, de refus et de révolte.
Deux peintures cathariques pour évoquer la colère de la terre !

%d blogueurs aiment cette page :