4m2 de papier apprêté au sol de l'atelier

mon travail et moi

Scroll down to content

je suis une chasseuse d’images

observation

En balades, ma collecte dépend des sources que je trouve dans mon milieu vital et dans un temps donné.
Je traque l’envers du décor, je recherche la beauté et l’étrangeté de la banalité. Je donne ensuite à voir, lire ou écouter mes moissons retravaillées dans les épisodes de mon journal de paysages, dans des balades performées, dessinées et photographiées, ou encore dans des installations vidéo et audio.

signes, traces

En atelier mes gestes et mes postures me fournissent la matière de mes images.
Mes dessins à l’encre de chine tendent à mettre en évidence l’énergie du geste. Les images commencent avec l’état de concentration essentiel à chaque étape de la préparation, et se matérialisent dans les mouvements de mon corps qui accompagnent ceux du pinceau.
De la préparation du papier à la fabrication des châssis, en passant par celle des couleurs ; les peintures à la tempera quant à elles, cartographient mes errances et mes tâtonnements… Elles se construisent autour des associations de matériaux d’où sont issues mes couleurs, et sont les témoignages des nombreuses étapes qui conduisent aux objets terminés.

et transmission

Si mon journal de paysages, sous toutes ses formes et dans tous les médias utilisés, documente mes balades à la découverte de tous les quotidiens; mes dessins à l’encre portent les traces de mes gestes, et mes objets peints découlent d’un corpus complexe d’actions et d’expérimentations.
Ce qui est donné à voir est inséparable des processus de réalisation, et les pièces terminées s’inscrivent comme les témoignages de mes actes et de leurs développements.
Mon travail s’articule sur la mémoire, et questionne autant le statut de l’objet artistique que celui de l’image et de la représentation.

 

Accès aux éléments biographiques, cv, publications et coordonnées   par ici