le regard de Desartsonnants

 
 
Un texte de Gilles Malatray – Desartsonnants écrit à l’occasion des JAU2015 pendant lesquelles nous avons conduit ensemble quelques balades dans le Vallon

Jeanne Schmid est une artiste plasticienne suisse qui a plus d’une lame à son couteau.
Plasticienne, « Plus qu’un métier, c’est un mode de vie » nous dit elle, façon d’affirmer son engagement dans une démarche esthétique au quotidien. Son travail d’artiste interroge des territoires sensibles, ainsi « L’art chez les voisins », une exposition où les artistes installaient leurs œuvres au plus près de l’habitant en invertissant les 26 paliers d’une tour genevoise.
La thématique de cet événement était basée sur la rencontre. Sans aucun doute cette problématique, entre proposition esthétique partagée et médiation sociale, est de toute première importance dans nos espaces de vie où nous sommes de plus en plus homo-urbanicus.
[…]
Son implication dans le territoire a été également mise au service des premières Journées des Alternatives Urbaines 2013, pour lesquelles elle a coordonné et médiatisé plusieurs espaces et actions. En 2015, nous interviendrons de concert, avec bien d’autres participants, et toujours à Lausanne, sur un projet « Villes Sensibles » qui s’inscrit dans le cadre des secondes Journées des Alternatives Urbaines 2015. Il consiste à élaborer et à animer un parcours piétonnier sensible, sonore et visuel ; le quartier du Vallon dans … une approche poétique de certaines réalités urbaines…, je la cite.

Née à la suite de longs échanges via les réseaux sociaux, et d’une envie commune de travailler de concert autour d’un projet in situ, notre première rencontre nous déjà permis d’arpenter longuement le Vallon, d’y rencontrer quelques résidents forces vives, d’y tester des points d’ouïe et de vue, de dessiner des parcours, d’imaginer des mises en scènes, détournements, décalages, actions…

A suivre et à vivre en mai prochain.
Gilles Malatray,
Désartsonnants