coup de foudre

Avant de me rendre en semaine de résidence au musée Jenisch, j’ai essayé quelques nouveaux supports pour mes empreintes, et notamment le papier de soie.
Ce papier léger devait me permettre d’agrandir la taille de mes dessins. Il fallait toutefois considérer sa fragilité.

Pour leur permettre de supporter les griffures et pressions diverses exercées par mes morceaux de charbon, j’ai eu l’idée d’enduire mes feuilles avec un mélange de colle et de plâtre.
Encore?
Oui, encore. Selon mes supports, les rapports changent dans mes mélanges… Ici pour la première fois, j’ai aussi pensé à me servir de cette préparation pour maroufler mes papiers de soie sur de la toile de cellulose !

Cette manière de faire m’autorise à aborder des supports de grande taille, et relativement souples, ce qui va me permettre, au niveau du dessin, de tirer parti des rondes-bosses comme jamais je n’aurais pensé possible de le faire lors de mes frottages antérieurs!

Pour me rendre compte des possibilités de mes nouveaux outils, j’ai pris des empreintes à l’atelier.
Une visiteuse a eu le coup de foudre pour l’un de ces dessins, et elle est repartie avec au terme de sa visite ici.
Voici ce premier dessin, porte ouverte à de nouvelles découvertes

coup de foudre

Empreinte, 2021
charbon de bois et fusain sur papier de soie préparé, marouflé sur toile de cellulose
environ 60 x 80 cm pour l’ensemble

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :