quand l’atelier prend son élan

 

que les séries se poursuivent,
et qu’il n’en sort que peu de choses vraiment nouvelles…

 

 

quand les pièces mûrissent dans la tête et dans le coeur,
mais pas encore sur le papier

 

 

et que les promenades subliment l’imagination

 

alors, laisser vivre, oublier la folie du monde

juste attendre le moment
sans impatience

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :