la profession de foi du vicaire savoyard

 

Art en paysages 2012
Rousseau en pays de Vaud

Etats d’âme

Peinture vidéo pour l’Ancienne Eglise

JJR 3 images horizontal

Né protestant, Jean-Jacques Rousseau se convertit jeune au catholicisme. Il y sera fidèle pendant quelques années avant de revenir à sa confession de naissance.
Pendant sa période catholique, Rousseau séjourne à plusieurs reprises entre Vevey et Lausanne. Il fréquente alors l’église Saint-Germain d’Assens où s’est installée la paroisse catholique de Lausanne, ville réformée et entièrement protestante à cette époque. Les paroisses des deux confessions cohabitent alors dans l’église Saint Germain.
Par la suite, une église catholique sera construite dans le village et prendra elle aussi le nom de Saint-Germain.
Pour différencier les deux édifices, on prend l’habitude de parler de « l’Ancienne Eglise Saint-Germain d’Assens », qui dès lors redevient temple protestant.
A la visite de cette jolie église, la première chose qui frappe, est la présence de deux chaires de part et d’autre d’un retable imposant. Sur les deux parois latérales de la nef, on peut admirer de très belles fresques murales moyenâgeuses.
En 2012, invitée par l’Espace culturel Assens à participer à sa promenade d’art contemporain, je suis tombée sous le charme des lieux.

Ayant découvert leur histoire biconfessionnelle, je me suis intéressée au très beau et très controversé texte de Rousseau « La profession de foi du vicaire Savoyard », dans lequel il affirme sa foi au delà de tout système de croyance établi et défend des positions d’une actualité qui reste frappante au XXIe siècle.
J’ai travaillé sur ce texte, en choisissant des passages que j’ai assemblés et donnés à lire au comédien Thomas Guiot.
Sur cette base j’ai réalisé sur une suite d’images traitées comme un collage que j’ai projetées directement au sol de l’église.
Je souhaitais qu’il soit possible de « suivre » la vidéo quelque soit le moment auquel on commençait à la regarder. Je voulais aussi que les visiteurs puissent déambuler dans l’église, ou en sortir sans avoir le sentiment de manquer quelque chose. J’ai donc réalisé un tapis d’images mouvantes entrant en résonance avec le décor, l’ameublement et les oeuvres d’art présentes dans l’église.
J’ai choisi de réaliser une pièce audio dépourvue de tout accompagnement musical afin que seule la voix du récitant mette en valeur la plume de Jean-Jacques.

 
JJR 3 images vertical

La boucle vidéo entière dure 18 minutes.
J’en ai fait une captation in situ, que j’ai remontée pour documenter brièvement la projection. Toutefois, l’église formant caisse de résonance, le ré-enregistrement audio a été assez difficile, et le résultat est loin de la beauté de la voix emplissant la nef de St-Germain.

CAPTATION VIDEO FILMEE EN VERTICAL ET RECADREE AU MONTAGE.
IL N’EST PAS NECESSAIRE D’ACTIVER LA LECTURE EN PLEIN ECRAN.